5 plateformes d’hébergements éco-responsables pour des séjours plus durables

plateformes d'hébergements éco-responsables

Peut-on allier voyage et écologie ? Les loisirs peuvent-ils être durables ? De plus en plus de touristes se posent ces questions. En tant qu’acteur d’une structure touristique, vous êtes amené à vous les poser également. Tandis qu’une vague verte déferle sur nos activités traditionnelles, l’offre touristique est appelée elle aussi à se réinventer. Le challenge ? Favoriser le tourisme responsable, développer un tourisme local et impliquer acteurs et clients dans une communauté plus respectueuse. Pari tenu pour les plateformes d’hébergements éco-responsables qui voient le jour sur Internet. Porteuses d’un projet de tourisme nouveau, elles s’adressent aux voyageurs comme aux professionnels. Avec un nombre d’utilisateurs qui va croissant, vous avez tout à gagner à les intégrer dans votre stratégie. 

Les Français veulent des séjours plus écologiques

Le monde de demain sera durable ou ne sera pas 

Une conscience de plus en plus aiguë des enjeux environnementaux et sociaux se profile. Elle s’est vue renforcée par les moments de repli sur soi induits par la pandémie. Plus que jamais, les Français cherchent à mieux contrôler leur consommation et à adopter un mode de vie plus éthique. L’explosion des tendances zéro déchet, bio et local en est témoin et l’offre s’adapte à cette demande grandissante. Le secteur du tourisme n’échappe pas à cette règle : de plus en plus de citoyens sont en quête de séjours plus verts. De nouvelles stratégies touristiques émergent alors avec pour objectif un tourisme durable. Les acteurs de l’industrie touristique l’ont d’ailleurs bien compris : dans un communiqué du début de l’année 2021, l’Association des tour-opérateurs européens a déclaré l’urgence climatique et estime que « le plus grand défi à long terme pour notre secteur est la durabilité ». 

Les hébergements écologiques ont la cote

Consommateurs et professionnels comptent sur le digital pour accompagner cette transition et miser sur le tourisme vert, sachant qu’aujourd’hui la plupart des réservations se font sur le Web. Ainsi, à côté des plateformes de réservation traditionnelles ont émergé des plateformes d’hébergements éco-responsables. Elles permettent aux vacanciers d’accéder à un type de tourisme plus engagé et souvent local. Avec un cahier des charges plus strict que les plateformes classiques, elles proposent des hébergements engagés concrètement dans un processus durable et écologique. C’est également l’occasion de découvrir des logements atypiques, symboles d’écologie, dont les voyageurs sont de plus en plus friands :

  • écolodges ;
  • yourtes ;
  • cabanes dans les arbres ;
  • chalets ; 
  • roulottes ;
  • tiny house ;
  • etc.

Bien sûr, les types d’hébergements traditionnels (hôtels, gîtes, maisons d’hôtes, campings) y ont aussi leur place. Ces derniers ont toujours les faveurs des voyageurs dès lors qu’ils répondent aux critères de durabilité mis en place par les plateformes. Du côté des professionnels, être présent sur ces plateformes est une façon de mettre en avant ses atouts touristiques et son engagement. De quoi faciliter la rencontre de sa clientèle cible. Découvrez ou redécouvrez ces start-up prometteuses.

5 plateformes d’hébergements éco-responsables à connaître

Vaovert

Vaovert

Après de nombreux voyages à l’international, Mélanie Mambré prend conscience de l’impact environnemental de ses pratiques et décide de s’émerveiller dans son propre pays. Elle cherche alors des écolodges comme elle les a connus notamment en Asie, et se rend vite compte de la difficulté à trouver en France des logements éco-responsables. Commence alors une longue quête qui porte ses fruits, et les hébergeurs qu’elle rencontre lui confirment leur difficulté à se faire connaître. Une idée simple et nécessaire surgit alors : et si elle créait une plateforme pour mettre en lien voyageurs et hébergeurs ? Elle en est persuadée : « la demande est grandissante, l’offre existe mais les deux peinent à se rencontrer ». C’est ainsi que naît en 2018 Vaovert, membre de l’association ATD (Acteurs du Tourisme Durable). Son point fort ? Un algorithme qui reprend plusieurs critères de durabilité afin de noter concrètement l’engagement éco-responsable de chaque logement (niveau 1, 2 ou 3).

Chaque fiche comporte aussi le détail des « écopoints » dans 5 catégories :

  • habitat : méthode de construction, matériaux utilisés pour le logement, mais aussi produits d’entretien bio, piscine naturelle, hôtel à insectes, etc. ;
  • énergie : sources d’électricité, moyens mis en oeuvre pour réduire la consommation ;
  • 3 R (« Réduire, Réutiliser, Recycler ») : optimisation du cycle de vie d’un produit, réduction de la quantité de déchets produite (présence de toilettes sèches, récupération de l’eau de pluie, bannissement du jetable, entre autres) ;
  • manger sain : restauration favorisant les producteurs locaux et les circuits courts (potager bio, options végétaliennes, etc.) ;
  • partage : actions de sensibilisation, services et activités proposées (prêt ou location de vélos, sensibilisation au tri et au compost, activités de bien-être).

Green Go

Green Go Voyage

Le mot d’ordre chez Green Go ? « Réconcilier voyage, environnement et humain », c’est-à-dire relier l’environnement, le social et l’économie en favorisant les acteurs vertueux et en les rémunérant au juste prix. C’est sur ce socle commun que les cofondateurs de cette start-up ont travaillé depuis 2020, aboutissant au lancement officiel en février 2021. Les valeurs de Green Go reposent sur quatre mots fondamentaux :

  • authentique (hébergements de charme, rapport qualité-prix) ;
  • français (hébergements locaux mais aussi employés français et impôts payés en France) ;
  • équitable (deux fois moins de commission que les plateformes traditionnelles comme Airbnb et Booking) ;
  • responsable (hôtes et logements respectueux de l’environnement).

Comment ça marche ?

Chaque hôte signe une charte qui l’engage à « adhérer aux valeurs du développement durable, offrir un rapport qualité-prix équitable et assurer un accueil chaleureux et local ». Et la durabilité ? Les logements sont sélectionnés avec une méthodologie basée sur les données de l’ADEME et la recherche scientifique, réunissant plus de 80 critères dont 10 fondamentaux (présence d’une gare à proximité, cuisine locale et bio, promotion d’activités durables, politique active de réduction des déchets, etc.). Tous ces critères sont visibles sur la fiche de chaque logement, ainsi qu’une évaluation de l’émission de CO2 par nuit. Et ce n’est pas tout. GreenGo veut être plus qu’un site de réservation d’hébergements authentiques et responsables. L’idée est de proposer, via les réseaux sociaux et le blog, du contenu qui inspire et informe, faisant découvrir des lieux d’intérêt touristique proches de chez soi. En bref, susciter l’envie de voyager local ! Et ce dernier point est facilité par la présence, sur la plateforme, d’une carte de France avec un aperçu des logements plutôt qu’une recherche par requête. Bien vu !

We Go GreenR

We Go GreenR

Marie et Stéphane sont les fondateurs de We Go GreenR. Le couple passionné de voyage assume un passé « en mode consommation à gogo » avant sa récente transition écolo. Les petits efforts du quotidien sont devenus une habitude puis un mode de vie, qui s’est vu remis en question lorsque les vacances sont arrivées. Comment continuer sur cette bonne lancée quand on n’est pas chez soi ? Ne trouvant ni information simple, ni inspiration, les jeunes parents se sont lancés dans de longues recherches et ont fini par trouver de nombreuses solutions inspirantes et accessibles. C’est pour partager le fruit de leur travail qu’ils ont lancé leur plateforme en mai 2020, membre d’ATD et de Tech For Good. Le concept ? Un « Green Score » pour les logements, sous forme de barre de progression de 1 à 5 montrant le degré d’engagement écologique des hôtes. Et aussi la possibilité de réserver des activités éco-positives (randonnée, yoga, soin aux animaux, festival zéro déchet, etc.). Les critères du Green Score sont au nombre de huit :

  • habitats durables ;
  • gestion de l’énergie ;
  • gestion de l’eau ; 
  • réduction des déchets ;
  • transport et mobilité ;
  • actions éco-responsables ;
  • alimentation ;
  • équipements et entretien du quotidien.

Comment ça marche ?

On ne retrouve pas sur la fiche de l’hébergement ces critères ni leur note, mais une checklist précise des engagements éco-responsables du logement (par exemple : installation d’économiseurs d’eau, présence de nichoirs, nourriture végétarienne, etc.). Et, bien entendu, le Green Score global compréhensible en un coup d’œil. Son atout ? Cette plateforme entend parler au plus grand nombre et donner une image cool et joyeuse à l’écologie, loin des complexes et de la culpabilité. Nous sommes comme tout le monde, insistent Marie et Stéphane. Leur mantra : « en week-end, en vacances, vous faire polluer moins et kiffer plus ! ». L’idée clairement revendiquée est de favoriser une transition écologique qui se fasse dans la joie et la bonne humeur.

Ethik Hôtels

ethik hôtel

Créée en mars 2020 par Anne et Clément, Ethik Hôtels est née d’un constat : il est difficile de trouver des adresses responsables, aussi bien écologiquement que socialement. Le couple souhaite réduire son impact environnemental au moment de voyager, et favoriser les retombées économiques locales. Exit donc les resorts traditionnels. Cependant, ces apprentis « Explor’acteurs » se rendent bien compte qu’ils ne disposent pas d’assez d’adresses éco-responsables dans le monde à eux deux. Ils mobilisent alors leur réseau d’amis voyageurs afin de débuter « un annuaire qui commence à ressembler à quelque chose ». L’idée est née et continuera de grandir grâce aux apports des utilisateurs de cette plateforme participative. Pour une totale transparence envers les voyageurs en quête d’un logement, ceux-ci sont classés selon le mode de vérification de l’adresse proposée : 

  • « On a testé pour vous » : établissement visité par les fondateurs ou leurs connaissances ;
  • « Vous avez testé pour nous » : un internaute a fait parvenir cette adresse pour enrichir la base après y avoir séjourné ;
  • « Internet » : adresse trouvée en ligne ou communiquée mais pas encore testée.

Comment ça marche ?

La recherche est très visuelle : dès l’aperçu dans la liste de résultats, l’utilisateur voit en un coup d’œil tout ce qu’il faut savoir. Un pictogramme pour le mode de vérification, et huit autres qui reprennent les critères de durabilité du logement. Chacun est coloré en vert s’il est respecté, en rouge s’il ne l’est pas et en gris s’il n’a pas pu être vérifié. Un minimum de trois est requis pour figurer dans l’annuaire. Les critères éco-responsables reprennent des actions simples que nous avons « déjà mis en place dans notre quotidien » afin d’être compréhensibles par tous.

  • pas de vente de bouteille d’eau en plastique s’il y a de l’eau potable, bonbonne ou eau filtrée pour remplir les gourdes ;
  • restauration alimentée au moins partiellement par un potager ou une ferme locale ;
  • aucun plastique à usage unique ;
  • possibilité de faire le tri sélectif dans l’hébergement ;
  • employés faisant partie de la communauté locale ;
  • pas de lavage quotidien systématique des draps et serviettes ;
  • pas de ménage quotidien dans les chambres, ou utilisation de produits eco-friendly ;
  • énergies renouvelables pour produire l’électricité et/ou l’eau chaude.

Sa spécificité ? On parle durabilité sans se restreindre à la France. Les voyageurs qui ne souhaitent pas renoncer aux horizons lointains pourront trouver des adresses responsables et limiter ainsi l’impact de leur voyage une fois sur place. En somme, faire un pas vers un tourisme plus éthique.

Fairbnb

Probablement le projet de plateforme d’hébergements responsables le plus ancien, l’idée de Fairbnb a émergé dès 2016 entre Venise, Bologne et Amsterdam. La coopérative a été créée en 2018, rejointe par diverses communautés de toute l’Europe. Si l’on ne devait donner qu’un mot pour définir Fairbnb, ce serait « équitable ». Son constat ? Les plateformes classiques permettent des expériences de voyage uniques, les habitants peuvent compléter leurs revenus tout en partageant leur culture, mais ce modèle a un coût. Augmentation des prix de l’immobilier, fragmentation des communautés, faillite d’entreprises locales : cette nouvelle forme de tourisme « rend plus difficile pour les habitants de vivre et de gérer leurs propres quartiers ». Déjà présente dans neuf grandes villes européennes, la coopérative entend « privilégier les personnes avant les profits ». Pour ce faire, quatre axes vertueux :

  • propriété collective : la plateforme appartient à ceux qui l’utilisent et sont impactés par son utilisation (hôtes, voyageurs, propriétaires d’entreprises locales, habitants) ; 
  • gouvernance démocratique : les membres de la communauté décident collectivement comment la plateforme sera gérée dans leur quartier, un dialogue est établi avec le gouvernement local pour promouvoir des réglementations qui encouragent le tourisme durable ;
  • durabilité sociale : les bénéfices sont réinvestis dans des projets sociaux et/ou écologiques qui contrent les effets négatifs du tourisme, les sections locales votent pour soutenir les projets qu’elles souhaitent voir dans leurs quartiers (coopératives alimentaires, terrains de jeux, projets verts, cafés communautaires) ;
  • transparence et responsabilité : protection des données, conformité à la législation locale et régionale.

À noter également : pour plus d’authenticité et de durabilité, Fairbnb privilégie les hôtes qui ne proposent qu’une seule propriété sur le marché touristique afin d’éviter les dérives sociales et immobilières que connaissent d’autres plateformes.

Vous connaissez désormais plusieurs plateformes éco-responsables qui sont en pleine croissance. Avez-vous pensé à y inscrire votre gîte ou chambre d’hôtes responsable ?

Vous cherchez à vous faire connaître du plus grand nombre ? Retrouvez sur le blog toutes les astuces pour améliorer la visibilité de votre gîte.

Un article rédigé par Julie Varoqueaux, rédactrice web SEO.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *