Vous êtes dans votre bureau, il est 17h20 et vous compter les minutes, que dis-je les secondes, avant que l’heure métronomique signant votre salut ne vienne vous sortir de votre torpeur.. Aah si vous pouviez vous transposer là, dans un café à Buenos Aires, à faire ce qui vous passionne et vivre de votre plume. Écrire des billets de blog, tout en voyageant sur les routes latino-américaines, en voilà un beau programme ! Cette rêveuse en talons, eh bien c’était moi il y a quelques années… Avant que je ne décide de changer ma vie avec la rédaction Web ! Bien sûr, j’ai commis de nombreuses erreurs qui m’ont fait perdre un temps précieux. J’aurais adoré qu’on m’explique ce qui va suivre. Alors, avant de vous envoler vers votre nouvelle vie de nomade digital, je vous livre quatre clés pour ne pas faire de faux-départ.

1/ Vérifiez que vous êtes (réellement) fait pour votre nouveau métier nomade

être passionné par son nouveau métier de nomade digital

Vous avez décidé de changer de voie pour vivre enfin la vie de vos rêves ? Super, vous vous êtes enfin affranchi de votre grand oncle qui vous voyait diplomate, mamie Georgette qui vous prédestinait à un métier sérieux hein parce que maintenant ça suffit de s’amuser avec les voyages, et tous vos proches bien intentionnés qui lisaient en vous comme dans du cristal (je te verrais bien travailler avec des enfants – NOoooon, figure-toi Béa, je détesssste les mioches, surtout le tien VLAN). Bon, une fois cette base établie, l’aventure peut commencer ! Enfin presque, car à moins que vous n’exerciez déjà un métier “transportable”, il va falloir vous armer de patience et vous abreuver d’informations avant de boucler votre valise. Pourquoi ? Et bien tout d’abord, pour être sûr que votre nouvelle activité va vous plaire, assez pour vous donner à fond, n’importe où et n’importe quand. L’esclavage moderne pour votre bonheur ! C’est surtout LA condition pour espérer pouvoir en retirer un revenu décent et ne pas rentrer bredouille au bout de quelques jours.

Imaginez-vous grande rédactrice web ou blogueuse tendance : pour entretenir la flamme de vos lecteurs rendus addicts, il vous faudra écrire un article par semaine grand minimum au début. Comment allez-vous faire si vous sentez déjà qu’écrire autre chose que votre journal intime vous ennuie comme un croûton de pain derrière une malle ? Et sauf si votre client n’est autre que votre double maléfique, suivre un brief client précis n’est pas tout à fait comme écrire son carnet de voyage…

Alors, lisez TOUT ce que vous pouvez sur la vie de nomade digital : les métiers, les manières de se former, les astuces pour démarcher des clients, les tops lieux où travailler dans le monde, etc. Bref, lancez-vous avec toutes les cartes en main, vous gagnerez un temps considérable.


2/ Apprendre un nouveau métier, c’est mieux avant de partir

En tant que nouveau sur la place des nomades digitaux, vous allez devoir constituer votre clientèle. Et pour cela, il va falloir être convaincant alors qu’en tant que débutant, vous n’avez pour le moment pas grand chose à proposer (comment ça ? Moi, rien à offrir à cette société ? pfff). Construire sa réputation demande un sacré travail, peu compatible avec la vie nomade. Le mieux est de partir avec un portefeuille de clients déjà un peu garni. Formez-vous en ligne, entraînez-vous un maximum, et démarchez vos potentiels clients. Bien sûr, cela prend du temps. Dans mon cas, je me suis formée à la rédaction Web pendant 6 mois, puis j’ai commencé à écrire mes premiers articles en passant par des plateformes, et enfin quand je me suis sentie assez légitime, j’ai démarché mes premiers clients directs. En tout, il m’a fallu un an avant de me sentir prête à prendre mon envol. Bon, je vous l’accorde, je ne suis pas une rapide, et j’ai commencé à me former alors que j’étais encore salariée à temps plein. Mais cela m’a permis de me sentir en confiance au moment d’aborder mes premiers contacts, car j’avais suivi des formations de qualité et écrit pas moins d’une centaine d’articles.

3/ Partez en voyage avec votre clientèle sous le clic

sur la route de votre nouvelle vie de nomade digital
Partez avec votre portefeuille client sous le bras !

Maintenant que vous avez vérifié que votre nouvelle activité vous plaisait toujours et que vous avez fait vos premières armes, assurez-vous d’avoir étoffé suffisamment votre carnet d’adresse avant de vous envoler. Vous partirez l’esprit tranquille et n’aurez pas peur de vous retrouver sans rien si un interlocuteur vous abandonne. De la même manière, essayez de varier au maximum le type de client. Un seul gros client peut s’avérer très risqué, alors que multiplier les clients plus modestes vous permettra de rebondir facilement.   

4/ Ne partez pas les poches vides

Une fois sur les routes, si vous voyagez en itinérance, n’espérez pas pouvoir passer autant de temps à travailler qu’avant. Prenez en compte que vous ne serez sûrement pas aussi concentré que chez vous et votre connexion internet ne sera peut-être pas aussi fiable. Je me souviens par exemple que lors d’un voyage en Bolivie, j’avais naïvement pensé pouvoir tenir mon rythme de deux articles par jour minimum. Mais c’était sans compter les excursions dans le désert sans aucune connexion possible, par -10C°, les coupures de courant et les grèves des transports. Au final, sur un mois de voyage, j’ai écrit 5 articles… Heureusement que j’avais mis de l’argent de côté. Si vous voulez vivre votre voyage au maximum, profitez des rencontres et en avoir plein les yeux, réduire la cadence s’avérera indispensable. Mieux vaut ne pas être stressé par un compte en banque vide. 

Vous avez rencontré d’autres difficultés au moment de prendre votre envol ? Vous avez d’autres conseils à donner aux nouveaux nomades digitaux ? Faites-moi part de votre expérience en laissant un commentaire !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 6