Nomade digital

rôle du community manager

▷ Quel est le Rôle du Community Manager ?

Trouver son activité de nomade digital exige de glaner un maximum d’informations sur les différents métiers possibles, puis d’en dresser la liste des points positifs et négatifs pour affiner son choix. Pour vous aider dans cette tâche, je vous propose une série d’articles sur les activités accessibles aux nomades digitaux. Zoom aujourd’hui sur le rôle de community manager. Quelles sont ses missions ? À quoi ressemble son quotidien ? Comment se former ?  


Les missions du community manager

Le community manager (CM) représente une personne ou une marque sur les réseaux sociaux. Bien souvent, il est recruté par une entreprise qui n’a pas le temps d’animer sa communauté et d’assurer sa publicité sur les médias sociaux. Eh oui, avec la multiplication des réseaux, les entreprises doivent être présentes partout et tout le temps. Or, il est impossible de gérer sa communication web de manière efficace lorsque l’on doit aussi s’occuper des aspects managériaux, financiers et commerciaux de son entreprise. Le CM est un communicant multicarte qui va promouvoir et développer la e-réputation d’une marque. Il construit sa stratégie digitale de manière à accroître la visibilité de l’entreprise et fidéliser les internautes. Le but in fine étant de convertir des prospects en clients, et de fidéliser la clientèle déjà établie.

Le Community Manager :

  • Mène une veille concurrentielle ;
  • Identifie les groupes de réseaux à cibler ;
  • Anime la communauté de manière à générer du trafic pour accroître le référencement de la marque sur les moteurs de recherche ;
  • Identifie du contenu pertinent, le commente et le partage pour susciter l’engagement de sa communauté ;
  • Produit du contenu optimisé pour le SEO ;
  • Analyse les différents événements marketings qu’il a mis en place, en utilisant les outils statistiques disponibles.

Le CM parle à son lectorat en répondant aux questions des internautes sur les groupes de discussion, les espaces de commentaires, les pages dédiées à l’entreprise. Il doit faire preuve de qualités rédactionnelles pour écrire un contenu percutant, et fournir des images soignées. Il s’attache à ce que la marque jouisse d’une e-réputation positive et modère les commentaires négatifs ou hors de propos.


Le quotidien du community manager

Le community manager exerce son activité principalement sur le Web. Il utilise les outils des médias sociaux pour organiser son temps. Malgré cela, le temps passé sur un post ou l’animation d’un groupe est difficile à anticiper.

Chaque jour, le CM prend connaissance des courriels et des notifications et les traite. Il doit également assurer sa veille concurrentielle. Il programme les publications sur les réseaux et analyse les posts de la veille. Il fait également de la curation de contenu, c’est-à-dire qu’il sélectionne, commente et partage les informations intéressantes pour une requête donnée. Vient ensuite le socle de son travail : la production. Le community manager définit le sujet de son article, puis il recherche une image pour le mettre en valeur et retouche sa taille pour le Web. Il rédige et met en forme le texte, l’optimise pour le référencement naturel (SEO), le relit et planifie sa publication.

Il passe également une grande partie de son temps à interagir directement avec la communauté de la marque qu’il représente. S’il a le temps et qu’il travaille en équipe ou en espace de coworking, il organise des brainstormings pour faire émerger de nouvelles idées de webmarketing. Cela peut se traduire par des actions ciblées telles que des jeux-concours, des campagnes de publicité, une promotion à mettre en avant, etc.

quotidien du community manager
Le community manager interagit sans cesse avec sa communauté

Vous l’aurez compris, le community manager ne s’ennuie pas ! L’organisation de sa journée dépend beaucoup de l’actualité de l’entreprise et des interactions sur les réseaux, face auxquelles il faut faire preuve de réactivité. Même s’il peut disposer de plages de temps libre, bien souvent, une journée de 8h ne suffit pas.

En tant que community manager freelance, d’autres tâches seront sûrement à intégrer à votre planning :

  • Prospecter de nouveaux clients ;
  • Honorer des rendez-vous (même s’ils se font par Skype ou par téléphone) ;
  • Effectuer les démarches administratives (devis/factures) et les relances ;
  • Participer aux événements de l’entreprise (quand vous n’êtes pas à l’autre bout de la planète !).


Comment se former au rôle de community manager ?

La voie classique consiste à suivre une formation universitaire ou en école, dans les filières du journalisme, de la communication et du marketing. Le niveau d’étude demandé est généralement bac + 4 ou bac +5 pour les postes à pourvoir. Cela implique de disposer de temps, d’argent et d’être sédentaire. Heureusement, d’autres options s’offrent à vous pour entrer dans le secteur du community management.


Suivre un MOOC

Participer à un cours gratuit en ligne constitue une solution efficace pour faire ses premiers pas. L’excellent MOOC “les clés pour devenir Community Manager”, du fondateur de Tamento Laurent Galichet, est accessible à tous. Je vous conseille également de mener une veille sur les plateformes qui recensent les MOOC, comme Fun MOOC, ou MOOC francophone. Des centaines de cours sont disponibles chaque mois sur la Toile, il serait dommage de s’en priver !


Suivre une formation gratuite (mais en présentiel)

Certaines écoles comme Pop School ou l’École française du digital proposent des formations gratuites pour devenir community manager. C’est une option de choix si vous n’avez que peu de moyens. Dispensées en cours du soir, elles conviennent aux personnes qui ne disposent pas de temps en journée. Pour en bénéficier, il faut monter un dossier… Et attendre la réponse. Pensez également à bien vérifier les conditions d’admission avant de vous lancer dans les paperasses.


Suivre une formation payante, diplômante et en ligne

Des centres de formation d’adultes comme l’IFOCOP innovent en proposant des cursus certifiants à distance. Le format est tout à fait adapté à ceux qui veulent se professionnaliser et être reconnus par un diplôme. Les cours ont lieu sous forme de classes virtuelles principalement en soirée. L’accompagnement se fait par les intervenants et un tuteur qui suit un groupe d’élèves. La formation dure 6 mois, à raison de 5 heures par semaine.


Se former sur le tas

Si vous avez déjà une base solide en communication ou marketing, vous pouvez également vous former en autodidacte, en apprenant au gré des blogs et des formations en ligne. Ce n’est peut-être pas le chemin le plus facile, mais je croise tous les jours sur les réseaux des CM qui y sont parvenus et vivent aujourd’hui très bien de cette activité.  


👉👉Découvrez un aperçu de 10 autres activités possibles pour démarrer votre vie de nomade digital sur cet article : “2019 : Et si vous deveniez nomade digital ?

Cet article vous a été utile ? Partagez-le sur vos réseaux ! Et si vous avez aimé ou avez envie d’ajouter une info sur le rôle du community manager, postez un commentaire, c’est juste en dessous 🔽

créer un blog voyage

▷ 6 conseils pour créer un blog de voyage

Vous aimez voyager, vous adorez écrire… Alors pourquoi ne pas créer un blog de voyage ? Que ce soit pour consigner vos souvenirs, présenter vos plus belles photos ou donner des conseils aux autres voyageurs, vous allez prendre du plaisir à relever ce défi. Je vous propose aujourd’hui quelques conseils pour ouvrir votre blog de voyage sans encombres.


1) Ne ratez pas vos premiers pas de blogueur voyage

Créer un blog de voyage, c’est avant tout concevoir un blog. Il vous faut donc d’ores et déjà faire vos premiers pas (ou vos seconds) dans la blogosphère. Pour cela, vous allez commencer par choisir la plateforme de création et d’administration de votre blog.


Trouvez un hébergeur et une plateforme pour créer votre blog

Pour administrer votre site, je vous suggère d’utiliser WordPress, qui est facile à prendre en main et offre de nombreuses possibilités en matière de gestion de contenu. La plateforme dispose d’une version gratuite, mais je vous recommande de choisir l’installation de WordPress chez un hébergeur fiable (de nombreux voyageurs recommandent OVH ou 1&1). Vous aurez bien plus d’options et pourrez même envisager d’en faire un blog professionnel monétisé (pour gagner des sous sous tout en voyageant), pour une somme très raisonnable. Sur OVH, l’achat du nom de domaine avec intégration sur WordPress vous en coûtera moins de 50€ par an. WP est d’ailleurs la plateforme privilégiée des blogs professionnels. Il suffit de faire un tour sur la Toile pour le constater…

plateforme WordPress pour créer un blog de voyage
Vous pouvez choisir un joli thème pour votre blog sur WordPress.com


Choisissez un nom pour votre blog

Le choix du nom de votre blog de voyage est très important. Il doit refléter votre ligne éditoriale, tout en étant assez large pour traverser les évolutions que connaîtra votre site. Et comme il est très difficile de changer de nom en cours de route, je vous conseille vraiment de prendre le temps de réfléchir avant de vous décider. Évitez par exemple de prendre un nom qui ne parlera plus à personne demain, ou qui ne vous correspondra plus. Par exemple, “chroniques d’une étudiante en vadrouille” aura une durée de vie très limitée. Ne prenez pas un nom qui s’apparente de trop près à un blog connu. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce dernier arrivera en premier dans les résultats de Google et les étourdis cliqueront naturellement sur son adresse plutôt que sur la vôtre. De la même manière, si votre nom de domaine est déjà pris en .fr et que vous pensiez prendre le même en .com, sachez que ce n’est pas vraiment une bonne idée. Tout comme précédemment, vous pouvez être sûr qu’un grand nombre d’internautes taperont .fr et n’arriveront jamais sur votre blog chéri.


Initiez-vous au référencement

Si vous souhaitez des lecteurs autres que tante Suzanne accèdent à votre blog, il est indispensable que vous appreniez quelques bases sur le référencement. Cela aura un impact sur la manière dont vous allez rédiger vos billets de blog, comment vous allez optimiser vos photos, organiser vos menus, etc. Pour vous faire remarquer par Google, je vous recommande chaudement la lecture de mon récent article Comment plaire aux moteurs de recherche, dans lequel je vous livre 9 techniques pour bien référencer votre contenu. Pour aller plus loin, je vous conseille deux ouvrages fondamentaux : Bien rédiger pour le Web, d’Isabelle Canivet, et Référencement Google mode d’emploi, du maître en SEO Olivier Andrieu, spécialement écrit pour ceux qui débutent.


Soignez votre présence sur les réseaux sociaux

Pour faire connaître votre blog voyage et entrer dans une relation plus intime avec votre communauté, vous allez développer votre présence sur les réseaux sociaux. Création d’une Page Facebook, voire d’un groupe de discussion, partage de vos plus belles photos sur Instagram, vidéos en direct sur Snapchat, si vous voulez avoir une audience conséquente, soyez actifs sur les médias sociaux. Vos visiteurs seront ravis d’échanger avec vous leurs avis sur votre destination, de partager vos émotions, de rêver en regardant vos images, et tout ça, en temps réel. Vous apprendrez à connaître votre audience, et adapterez vos contenus à ses caractéristiques. Facebook vous permet par exemple d’analyser votre communauté grâce aux statistiques de votre Page.


2) Faites du voyage votre mode de vie

Bien sûr, vous aimez voyager. Mais si vous voyagez une fois tous les deux ans durant 3 semaines, cela ne va pas suffire à proposer un contenu unique et intéressant pour vos lecteurs. Dorénavant, il vous faudra opter pour le voyage comme mode vie, pour alimenter au quotidien votre blog. Cela représente un réel budget, et vous allez certainement vouloir trouver une activité nomade ou monétiser votre blog pour vous permettre de gagner suffisamment votre vie pour voyager et offrir de nombreuses découvertes à vos lecteurs. Gagner de l’argent avec un blog prend du temps, alors commencez par une autre activité, comme rédacteur web ou assistant virtuel (vous trouverez 10 idées d’activités nomade sur mon article : “2019 : et si vous décidiez de devenir nomade digital ?”).

blog-de-voyage

Avoir un blog vous permet d’enrichir vos objectifs de voyage. Vous allez chercher à prendre des photos qui reflètent ce que vous voyez, vivez et ressentez, pour le partager avec votre communauté. Vous allez davantage vous documenter sur les lieux pour donner des conseils aux voyageurs, ou dénicher les meilleurs adresses du coin. Bref, vous allez explorer en profondeur vos destinations, et cela est sacrément enrichissant.


3) Développez des compétences en créant votre blog voyage

Grâce à votre blog de voyage, vous allez apprendre non seulement les bases du référencement naturel SEO, mais vous allez aussi progresser en technique photo. Muni de votre plus bel appareil, là où vous vous contentiez de la touche automatique, vous aurez envie de maîtriser l’art du rapport ouverture/vitesse pour créer de beaux effets. Le mode d’emploi de votre appareil-photo n’aura plus de secrets pour vous, et vous vous lancerez peut-être dans une formation en ligne. Pour mettre en valeur vos photos et créer des visuels sympas pour votre blog voyage, vous pourrez utiliser des logiciels tels que Photoshop et Canva, et là encore, vous développerez de nouvelles compétences réutilisables dans de nombreuses activités de nomade digital. Un pas de plus vers l’autonomie financière !

Je vous conseille trois ouvrages pour faire vos premiers pas :


4) Trouvez votre style de blog

Vous n’êtes pas le Routard, vous n’êtes pas Lonely Planet… Et n’avez pas vocation à la devenir. Non, vous, ce que vous apportez à vos lecteurs, est un contenu unique, riche… et personnalisé ! Vous partagez vos ressentis, vos émotions et votre subjectivité face à ce que vous découvrez lors de vos périples. C’est votre expérience personnelle qui va intéresser votre communauté. Vos lecteurs cherchent des conseils honnêtes, des manières de voyager différentes (en solo, avec un budget réduit, de manière écoresponsable, etc.), des lieux “hors des sentiers battus”. Mettez en avant votre singularité, et fiez-vous à votre style. Ayez confiance en votre capacité à transmettre et à communiquer. L’honnêteté associée à un style unique est la meilleure façon de parvenir à créer un blog de voyage qui donne envie d’être suivi sur le long-terme.


5) Trouvez votre équilibre entre blogging et vie privée

Une fois que votre blog de voyage sera créé, vous voyagerez en bonne compagnie… Celle de vos lecteurs qui attendent impatiemment votre prochain article ou post photo. Vous allez tenir compte de votre communauté dans les choix que vous ferez, votre emploi du temps et votre manière de voyager. Vous allez devoir trouver votre équilibre entre profiter de votre voyage à 100% et récolter des informations et photos suffisamment intéressantes pour les partager. Devenir blogueur voyage implique donc de trouver la juste mesure entre planification et spontanéité. Si vous voyagez en couple ou en famille, la question de l’équilibre est primordiale. Jongler entre temps de blogging et temps avec ses proches est essentiel pour tenir le rythme sur le long terme. Un conseil : préservez des moments d’intimité que vous ne diffuserez pas, prévoyez des plages horaires fixes consacrées au blog de voyage et d’autres réservées à votre famille.


6) Posez vos limites

Il se peut qu’avec le succès grandissant de votre blog, des internautes s’adressent à vous pour tout type de demande relative au voyage. Avis sur les restaurants, les hébergements, conseils pratiques, prix des billets d’avion, de train ou de bus, etc. Or, vous n’êtes pas une agence de voyage et n’avez pas vocation à le devenir. Vous ne pouvez pas concocter un voyage sur mesure pour une famille sur 15 jours. Je vous conseille de poser cette limite d’entrée de jeu, dans votre page “à propos” ou sur votre page d’accueil. Vous pourrez ainsi réagir aux sollicitations qui dépasse votre champ de compétences. Votre objectif est de partager des conseils et trouvailles, mais vous ne connaissez évidemment pas tout de votre destination.


Nous arrivons à la fin de cet article, j’espère que ces conseils vous seront utiles. Profitez à fond de vos voyages, et vous ne serez jamais en panne d’inspiration. Pour ma part, j’adore lire les blogs des voyageurs un peu décalés, comme “à la recherche du pain perdu”, sur le concept de “voyager pour manger”… Miam ! 🍲🍰🍕

Et vous, quel type de voyage vous inspire ?

Photo by rawpixel.com from Pexels

devenir-nomade-digital

▷ 2019 : Et si vous décidiez de devenir nomade digital ?

Ça y est, c’est décidé, 2019 sera l’année du changement. Good bye salariat, bienvenue liberté chérie ! Cette année, vous devenez nomade digital. Mais qu’est-ce qu’un nomade digital ? Quelles sont les manières d’y parvenir ?


Vous voulez VRAIMENT devenir nomade digital ?

🚦Attention, petite mise au point avant de poursuivre la lecture :

Pourquoi voulez-vous adopter le mode de vie du nomade digital ? Si votre réponse est “travailler sur la plage en sirotant une eau de coco fraîche”, hmm, retenez la chose suivante : le sable détruira votre ordinateur portable avant même que vous ayez conclu votre premier contrat… Puis la chaleur ramollira votre cerveau et vous serez aussi productif qu’un lézard sous le soleil.

devenir nomade digital et travailler à la plage

Car, vous vous en doutez, la réalité est quelque peu différente. Bien sûr, travailler en ligne permet de parcourir le monde et de voir de nombreux endroits incroyables… Mais c’est dans les chambres d’hôtel climatisées ou dans les cafés les plus calmes que vous passerez une grande partie de votre temps. La productivité en tant que “technomade” peut être un véritable défi. Eh oui, difficile de se concentrer avec une foule de touristes et de backpackers autour de soi.

Cette petite mise au point établie, il faut quand même bien avouer que vivre et travailler où bon nous semble comporte bien des avantages. Rassurez-vous : devenir nomade digital n’est pas aussi ardu que vous le pensez, même si vous n’avez pas beaucoup de compétences digitales (pour le moment). Il n’existe pas une seule solution qui convienne à tout le monde. Et ne perdez pas de vue que chacun amène son propre bagage, riche de multiples expériences. Alors, tracez votre propre chemin, foncez vers votre objectif !


Qu’est-ce qu’un nomade digital ?

Il existe tellement de types de nomades digitaux qu’il est difficile de trouver une seule description. Cependant, ces voyageurs ont tous en commun de passer au moins quelques mois de l’année à l’étranger, de changer de destination fréquemment (de quelques semaines à plusieurs mois) et de gagner leur vie en travaillant en ligne.

Être «nomade digital» et être totalement indépendant de la localisation pour travailler sont deux choses différentes. En effet, tous les nomades numériques ne gagnent pas assez d’argent pour vivre et travailler partout dans le monde. Vous pourrez par exemple gérer votre entreprise et profiter d’une bonne qualité de vie pour moins de 800 euros par mois. Mais vous serez limité aux pays à faible coût de vie, en Asie du Sud-Est par exemple. Si vous voulez travailler depuis n’importe quelle destination, vous aurez besoin d’un revenu plus conséquent. C’est pourquoi il est beaucoup plus facile de devenir “nomade digital”, que d’être totalement indépendant de la localisation.


Les avantages du mode de vie nomade digital


#1. Profiter d’une bonne qualité de vie à moindre frais

L’un des meilleurs atouts de ce choix est qu’il n’est pas nécessaire de générer beaucoup d’argent pour démarrer. Si vous choisissez de passer votre temps en Asie, vous pourrez profiter d’une excellente qualité de vie pour environ 800 euros par mois. Dans la plupart des pays occidentaux, vous devrez travailler beaucoup plus dur et gagner plus d’argent pour atteindre le même confort.


#2. Un pas vers l’indépendance totale

Devenir nomade digital peut être un grand pas en avant vers la création d’une entreprise qui ne soit dépendante d’aucun lieu. C’est une des raisons pour lesquelles de nombreuses personnes optent pour des “hubs nomades” pour démarrer leur activité, comme Chiang Mai, en Thaïlande. J’entends par “hub nomade”, un lieu qui regroupe un très grand nombre de travailleurs nomades. Ce sont d’excellents endroits pour échanger, collaborer et apprendre les uns des autres. Vous aurez ainsi beaucoup plus de facilité à créer une entreprise ou une start-up indépendante que si vous restez tout seul chez vous.

nomade-digital
Choisissez des lieux fréquentés par les digital nomads

#3. Parcourir le monde

Une fois que vous avez compris comment rester productif, vous pouvez vous récompenser et aller travailler dans de nombreux pays à travers le monde. Envie d’échapper à l’hiver parisien pour apprendre à surfer à Bali pendant quelques mois? Vous pouvez faire tout ce que votre budget et votre charge de travail vous permettent de faire. Vous organisez votre temps comme vous le souhaitez et saisissez toutes les occasions de vivre des expériences de voyage uniques.


10 manières de se lancer dans l’aventure

La meilleure voie pour atteindre votre objectif dépend non seulement de vos compétences actuelles, de votre expérience et de votre budget, mais également de votre volonté. Je vous propose ici 10 façons de devenir nomade digital.


#1 Trouver un emploi permettant d’acquérir des compétences digitales

Si vous êtes jeune et que vous n’êtes pas vraiment pressé, pourquoi ne pas commencer par obtenir un emploi dans une entreprise qui vous enseignera les ficelles pour travailler en ligne ? C’est un excellent moyen d’être payé pour apprendre. Si vous postulez pour une agence digitale par exemple, vous allez acquérir de nombreuses compétences idéales pour prendre votre envol ensuite. D’autant plus que vous pourrez peut-être en profiter pour gagner quelques clients indépendants pendant que vous travaillez, ce qui vous facilitera la tâche dans vos relations futures.


#2 Proposer ses services indépendant pendant son temps libre

Si votre expérience ne peut pas être utilisée pour travailler en ligne et que vous ne pouvez vous passer de votre emploi actuel pour le moment (eh oui, il faut bien payer les factures !), vous pouvez tout à fait créer une entreprise indépendante pour y mener des activités pendant votre temps libre. Si votre souhait est de devenir rédacteur web, vous pouvez par exemple commencer à travailler pour des plateformes de rédaction comme Textbroker (à ce sujet, lisez mon article : “Textbroker, un bon plan pour les rédacteurs web?”). N’oubliez cependant pas de vous former aux techniques de référencement naturel.  D’autres sites dédiés aux services que proposent les freelances pourraient vous intéresser. Par exemple Malt ou Upwork sont des plateformes idéales et simples d’accès pour vendre ses compétences, à condition de soigner son profil pour bien se mettre en avant.


#3 Endosser le rôle d’assistant… virtuel

Il existe un besoin croissant d’assistants virtuels et c’est un excellent moyen de commencer. En quoi cela consiste-t-il ? Vous jouez le rôle d’assistant personnel ou de secrétaire pour des personnes du monde entier qui ont besoin d’aide pour de l’ administration générale qui n’exige pas de face à face. Cela implique généralement la planification, l’organisation de l’itinéraire et les réservations de rendez-vous au jour le jour. Le salaire est décent et diffère d’un client à l’autre. Il vous faudra certainement avoir plusieurs clients à la fois, car il s’agit rarement un travail à plein temps.


#4 Faire de la transcription, relecture ou correction

Visionner des séquences vidéo et noter chaque mot prononcé, voilà une autre activité réalisable à distance. C’est un peu fastidieux, mais très simple et facile à comprendre. De nombreux sites web ont besoin de services de transcription, et c’est plutôt rémunérateur. La relecture est un autre excellent moyen de mettre les pieds dans le monde des freelances digitaux. Il y a tellement de contenu écrit et publié quotidiennement que la réserve de travail ne se tarit pas. Vous serez principalement attentif aux problèmes d’orthographe et de grammaire, parfois au contenu.


#5 Acheter une entreprise en ligne existante

Un moyen très rapide, mais également risqué consiste simplement à racheter une activité en ligne qui génère déjà de l’argent ou, mieux encore, des revenus passifs. Vous pouvez investir dans des entreprises sur des sites tels que Flippa.com. Vous êtes en mesure de voir combien d’argent le site génère et ses stratégies de monétisation. Si vous avez un peu d’argent de côté, acheter une entreprise de cette façon est beaucoup plus facile que de créer une entreprise à partir de rien. Toutefois, assurez-vous de demander conseil à des entrepreneurs expérimentés avant de vous lancer, afin de réduire les risques de reprise vouée à l’échec.


#6 Économiser de l’argent et apprendre dans un hub nomade digital

Si votre lieu de résidence est assez coûteux pour qu’une grande partie de votre salaire y passe, pourquoi ne pas économiser de l’argent et vous installer en Thaïlande, Indonésie où tout autre endroit combinant une vie abordable et un grand nombre de technomades. De là, il sera beaucoup plus facile d’acquérir toutes les compétences dont vous aurez besoin pour travailler en ligne, car vous serez bien entouré, et forcément inspiré par ces voyageurs expérimentés.


#7 Travailler avec un visa vacances-travail

Un bon moyen de commencer à travailler en voyageant est de prendre un visa vacances-travail. 14 destinations sont ouvertes au PVT (Programme Vacances-Travail). Pourquoi ne pas acquérir plus d’expérience en marketing en ligne tout en travaillant à Sydney ou Vancouver? En dehors de cette option, il existe bien d’autres possibilités de commencer à travailler à l’étranger, comme enseigner le français, travailler comme moniteur de plongée ou sur des navires de croisière.

devenir nomade avec un visa vacances-travail
Partez avec un visa vacances-travail

#9 Convaincre votre employeur de l’intérêt du télétravail

Si vous passez le plus clair de votre temps devant un écran, et que votre présence au bureau n’est plus nécessaire, je vous invite à tenter de convaincre votre responsable de l’intérêt du télétravail. Gain de temps sur les temps de trajet = gain d’énergie à mettre dans la productivité et motivation décuplée : usez de tous les arguments possibles. Abstenez-vous de lui dire tout de suite que votre but ultime est de partir à l’étranger. Si le télétravail fonctionne bien, vous pourrez bientôt lui souffler à l’oreille que vous feriez un travail d’aussi bonne qualité en étant dans un autre pays.


#10 Démarrer votre propre entreprise en ligne

Vous rêvez peut-être de créer votre propre entreprise en ligne, puis d’en faire un e-commerce à revenu passif ? Même s’il est vrai que certains des nomades digitaux les plus prospères ont relevé ce défi de taille, c’est selon moi la voie la plus difficile si vous commencez tout juste. Il faut beaucoup de temps pour mener à bien une telle entreprise et en tirer des revenus conséquents. Je pense qu’il est préférable d’acquérir d’abord des compétences en webmarketing, référencement, et stratégie de contenu avant de se lancer dans cette aventure.


Si vous voulez vraiment devenir nomade digital, le plus important est de passer à l’action, tout de suite ! Avancez un pas à la fois et gardez toujours en tête votre objectif. Vous réaliserez votre rêve, même si vous rencontrez des traversées du désert.


J’espère que cet article vous a aidé à mieux comprendre les différentes manières de devenir nomade digital. Si vous avez d’autres exemples, postez-les en commentaire, ce sera très utile pour les lecteurs du blog 🙂

fille-envol

▷ 4 conseils pour démarrer votre vie de nomade digital sur les chapeaux de roue

Vous êtes dans votre bureau, il est 17h20 et vous compter les minutes, que dis-je les secondes, avant que l’heure métronomique signant votre salut ne vienne vous sortir de votre torpeur.. Aah si vous pouviez vous transposer là, dans un café à Buenos Aires, à faire ce qui vous passionne et vivre de votre plume. Écrire des billets de blog, tout en voyageant sur les routes latino-américaines, en voilà un beau programme ! Cette rêveuse en talons, eh bien c’était moi il y a quelques années… Avant que je ne décide de changer ma vie avec la rédaction Web ! Bien sûr, j’ai commis de nombreuses erreurs qui m’ont fait perdre un temps précieux. J’aurais adoré qu’on m’explique ce qui va suivre. Alors, avant de vous envoler vers votre nouvelle vie de nomade digital, je vous livre quatre clés pour ne pas faire de faux-départ.

1/ Vérifiez que vous êtes (réellement) fait pour votre nouveau métier nomade

être passionné par son nouveau métier de nomade digital

Vous avez décidé de changer de voie pour vivre enfin la vie de vos rêves ? Super, vous vous êtes enfin affranchi de votre grand oncle qui vous voyait diplomate, mamie Georgette qui vous prédestinait à un métier sérieux hein parce que maintenant ça suffit de s’amuser avec les voyages, et tous vos proches bien intentionnés qui lisaient en vous comme dans du cristal (je te verrais bien travailler avec des enfants – NOoooon, figure-toi Béa, je détesssste les mioches, surtout le tien VLAN). Bon, une fois cette base établie, l’aventure peut commencer ! Enfin presque, car à moins que vous n’exerciez déjà un métier “transportable”, il va falloir vous armer de patience et vous abreuver d’informations avant de boucler votre valise. Pourquoi ? Et bien tout d’abord, pour être sûr que votre nouvelle activité va vous plaire, assez pour vous donner à fond, n’importe où et n’importe quand. L’esclavage moderne pour votre bonheur ! C’est surtout LA condition pour espérer pouvoir en retirer un revenu décent et ne pas rentrer bredouille au bout de quelques jours.

Imaginez-vous grande rédactrice web ou blogueuse tendance : pour entretenir la flamme de vos lecteurs rendus addicts, il vous faudra écrire un article par semaine grand minimum au début. Comment allez-vous faire si vous sentez déjà qu’écrire autre chose que votre journal intime vous ennuie comme un croûton de pain derrière une malle ? Et sauf si votre client n’est autre que votre double maléfique, suivre un brief client précis n’est pas tout à fait comme écrire son carnet de voyage…

Alors, lisez TOUT ce que vous pouvez sur la vie de nomade digital : les métiers, les manières de se former, les astuces pour démarcher des clients, les tops lieux où travailler dans le monde, etc. Bref, lancez-vous avec toutes les cartes en main, vous gagnerez un temps considérable.


2/ Apprendre un nouveau métier, c’est mieux avant de partir

En tant que nouveau sur la place des nomades digitaux, vous allez devoir constituer votre clientèle. Et pour cela, il va falloir être convaincant alors qu’en tant que débutant, vous n’avez pour le moment pas grand chose à proposer (comment ça ? Moi, rien à offrir à cette société ? pfff). Construire sa réputation demande un sacré travail, peu compatible avec la vie nomade. Le mieux est de partir avec un portefeuille de clients déjà un peu garni. Formez-vous en ligne, entraînez-vous un maximum, et démarchez vos potentiels clients. Bien sûr, cela prend du temps. Dans mon cas, je me suis formée à la rédaction Web pendant 6 mois, puis j’ai commencé à écrire mes premiers articles en passant par des plateformes, et enfin quand je me suis sentie assez légitime, j’ai démarché mes premiers clients directs. En tout, il m’a fallu un an avant de me sentir prête à prendre mon envol. Bon, je vous l’accorde, je ne suis pas une rapide, et j’ai commencé à me former alors que j’étais encore salariée à temps plein. Mais cela m’a permis de me sentir en confiance au moment d’aborder mes premiers contacts, car j’avais suivi des formations de qualité et écrit pas moins d’une centaine d’articles.

3/ Partez en voyage avec votre clientèle sous le clic

sur la route de votre nouvelle vie de nomade digital
Partez avec votre portefeuille client sous le bras !

Maintenant que vous avez vérifié que votre nouvelle activité vous plaisait toujours et que vous avez fait vos premières armes, assurez-vous d’avoir étoffé suffisamment votre carnet d’adresse avant de vous envoler. Vous partirez l’esprit tranquille et n’aurez pas peur de vous retrouver sans rien si un interlocuteur vous abandonne. De la même manière, essayez de varier au maximum le type de client. Un seul gros client peut s’avérer très risqué, alors que multiplier les clients plus modestes vous permettra de rebondir facilement.   

4/ Ne partez pas les poches vides

Une fois sur les routes, si vous voyagez en itinérance, n’espérez pas pouvoir passer autant de temps à travailler qu’avant. Prenez en compte que vous ne serez sûrement pas aussi concentré que chez vous et votre connexion internet ne sera peut-être pas aussi fiable. Je me souviens par exemple que lors d’un voyage en Bolivie, j’avais naïvement pensé pouvoir tenir mon rythme de deux articles par jour minimum. Mais c’était sans compter les excursions dans le désert sans aucune connexion possible, par -10C°, les coupures de courant et les grèves des transports. Au final, sur un mois de voyage, j’ai écrit 5 articles… Heureusement que j’avais mis de l’argent de côté. Si vous voulez vivre votre voyage au maximum, profitez des rencontres et en avoir plein les yeux, réduire la cadence s’avérera indispensable. Mieux vaut ne pas être stressé par un compte en banque vide. 

Vous avez rencontré d’autres difficultés au moment de prendre votre envol ? Vous avez d’autres conseils à donner aux nouveaux nomades digitaux ? Faites-moi part de votre expérience en laissant un commentaire !

1