Accueil des camping-cars : comment satisfaire les attentes pour attirer des touristes fidèles ?

DelphineActualités touristiques13 Comments

Aire camping-car

Vous représentez une collectivité locale ou un office du tourisme et vous cherchez à dynamiser votre territoire ? Vous êtes un privé et voulez diversifier votre activité ? Envisager de créer une aire camping-car est une solution efficace et pérenne pour attirer des visiteurs réputés fidèles. Non seulement cela permet de capter des vacanciers pendant la haute saison, mais également d’assurer un flux continu de touristes sur l’année. De plus, une grande partie d’entre eux sont retraités, disposent donc de temps et d’un pouvoir d’achat plus important qu’une famille qui n’a pas encore payé sa maison. Il ne tient qu’à vous de les retenir sur votre territoire pour qu’ils dépensent chez vous, et non chez votre voisin. Vous avez tout à gagner en aménageant un lieu d’accueil des camping-cars. Comment satisfaire les attentes de ces camping-caristes et faire en sorte qu’ils vous recommandent à coup sûr ? Voici les 3 points à ne pas négliger.

Cet article a été rédigé par Carine Poirier en tant qu’invitée sur Rédactrice nomade. Autrice et éditrice d’un blog et de guides de voyage à destination des camping-caristes, elle connaît bien le milieu. D’autant plus qu’elle pratique, elle aussi, ce mode de voyage depuis de nombreuses années avec son conjoint. Les conseils qui suivent sont issus de sa propre expérience et des retours des lecteurs de sa communauté. Place à Carine et à ses recommandations pour créer une aire camping-car qui séduira les touristes !

1. Choisir un emplacement attractif pour votre aire

L’emplacement d’une aire camping-car ne doit pas être déterminé au hasard. C’est une des clés de votre succès, même peut-être la principale raison qui donnera envie aux gens de venir et, surtout, de rester. Demandez-vous ce que vous aimez trouver près de votre hébergement de location lorsque vous êtes en vacances, et vous saurez ce que veulent les camping-caristes ! Ils ne sont pas différents des autres touristes.

Cependant, il est essentiel de prendre en compte leur contrainte principale : ils ne sont pas motorisés. En effet, une fois que le camping-car est garé sur l’aire, plus de véhicule pour se déplacer. Les parkings en centre-ville ou à proximité des points touristiques ne leur sont pas toujours accessibles (voies ou places de stationnement trop étroites, barres de limitation de hauteur, interdictions, etc.). Ils sont à pied ou, éventuellement, à vélo. Les camping-caristes cherchent donc avant tout la proximité de leurs centres d’intérêt.

Voici un ensemble de lieux qui rendront votre aire attractive s’ils sont situés à courte distance :

  • centre-ville avec ses commerces et restaurants ;
  • boutique de producteurs et créateur locaux ;
  • office du tourisme ;
  • haut lieu du tourisme à visiter (musée, château, etc.) ;
  • patrimoine local méconnu qui gagne à être découvert ;
  • plan d’eau (plage, lac, rivière) ;
  • départ de chemin de randonnée ;
  • piste cyclable.

Si vous arrivez à ajouter le calme ou une vue dégagée, alors vous avez tout gagné. Bien évidemment, vous n’arriverez pas à tout concilier ! Toutefois, plus votre aménagement entrera dans ses critères, plus il sera prospère. Par ailleurs, un cheminement doux entre l’aire et le centre est toujours un atout de taille.

Personne n’a envie de passer ses vacances à côté d’une déchetterie ou d’une voie ferrée. Étonnant, non ?

accueil camping-car
Aire camping-car de Monpazier (Dordogne). Une situation à deux pas du village classé parmi les plus beaux de France.
© Parenthèse nomade

2. Aménager un accueil des camping-cars simple mais efficace

Maintenant que vous avez choisi la situation, reste à concevoir l’aménagement de l’aire CC. Que veulent les camping-caristes ? En réalité, ils ne demandent pas grand-chose, leurs désirs restent simples. Ils veulent juste être peinards ! Donc du calme autant que possible et des voisins pas trop proches, ce qui implique des emplacements plus grands que des places de parkings autant que faire se peut. Évidemment, ils comprennent que la place est limitée dans les lieux hautement touristiques ou au cœur d’un centre-ville. Toutefois, le stationnement collé serré ne les incitera ni à rester ni à revenir.

Le top du top, c’est d’avoir la place de sortir le store sans gêner le voisin tout en faisant le tour de son véhicule sans problème. Cela laisse une intimité suffisante à chacun, ce qui permet de se sentir chez soi. Ainsi, on est bien. Rester une journée de plus ? Pourquoi pas !

Pour ce qui est du terrassement, peu importe le revêtement que vous choisirez. L’essentiel est que le terrain soit stabilisé pour éviter que le camping-car ne s’embourbe en cas de temps pluvieux. Le bitume n’est absolument pas nécessaire. L’été, les camping-caristes apprécieront l’herbe et un peu d’ombre. Un aménagement paysagé est toujours un bon investissement pour l’avenir. Si c’est plat, c’est nettement mieux aussi !

Même si les besoins diffèrent d’un camping-cariste à l’autre, un espace pour les services essentiels est loin d’être superflu. C’est peut-être même cet équipement qui attirera les visiteurs chez vous.

Voici ce que vous devriez prévoir en créant cette zone de services, qu’elle soit artisanale ou que vous fassiez appel à des entreprises comme Flot Bleu ou Camping-Car Park :

  • un accès dégagé facilitant la manœuvre des gros véhicules ;
  • une grille au sol pour accueillir la vidange des eaux usées avec 4 pentes dirigeant vers elle ;
  • un espace de vidange dédié à la cassette des toilettes ;
  • un robinet fileté où les camping-caristes peuvent brancher leur tuyau pour l’adduction d’eau potable ;
  • un robinet sans filetage dédié au rinçage de la cassette des toilettes.

Si vous voulez accueillir du monde toute l’année, veillez à disposer de robinets hors gel permettant de fournir de l’eau en toute saison. Quant à proposer des bornes électriques ou à construire une aire sécurisée, c’est à vous de déterminer vos besoins. C’est loin d’être essentiel à la réussite de votre aménagement.

aire aménagée camping-car
Espace de services sur l’aire pour camping-car de Blaye (Gironde). © Parenthèse nomade

3. Déterminer un prix juste pour la nuit et les services

Non, les camping-caristes ne sont pas radins ! Pourtant cette idée est bien ancrée en France. Il s’agit d’un préjugé. Au prétexte qu’ils se baladent avec une maison sur leur dos, ils ne voudraient plus rien payer. Ceci est entièrement faux. D’ailleurs, on peut consulter à ce sujet une étude très intéressante de la Direction Générale des Entreprises. Elle affirme que le budget de ces vacanciers est sensiblement égal à celui de n’importe quel autre touriste.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que le camping-cariste propriétaire de son véhicule aime en général partir souvent ou longtemps. Il est bien plus souvent en vadrouille que n’importe quelle autre catégorie de vacancier. Or, son budget n’est pas extensible. On sait tous que les salaires et les retraites ont du mal à suivre l’augmentation du coût de la vie, n’est-ce pas ? Donc, il est sans cesse en recherche du meilleur rapport qualité/prix. Évidemment, si quelque chose est gratuit, il ne va pas s’en priver non plus ! Qui refuse les cadeaux ? Mais, si votre aménagement est bien réalisé, que le cadre y est agréable et que les services essentiels sont mis à disposition, alors il ne rechignera pas à payer sa contribution.

Quel tarif fixer ? Cela dépend de nombreux critères.

Si vous faites payer les services, veillez à ne pas appliquer un tarif exorbitant. 2 € le plein d’eau, éventuellement 3 €, c’est encore acceptable. Au-delà, c’est rédhibitoire. La majorité des camping-caristes ayant besoin de 100 l d’eau maximum, un plein à 2 € avec vidange revient donc à 20 € le m3, c’est quand même beaucoup plus onéreux que ce que règlent les administrés… Que les touristes payent leur part, c’est normal. En revanche, se sentir arnaqué par un tarif trop élevé n’incitera ni à revenir ni à vous recommander.

Si vous optez pour un forfait 24 h incluant stationnement et services, alors veillez à appliquer une tarification raisonnable justifiée par :

  • l’emplacement de l’aire (voir point 1) ;
  • la qualité de son aménagement (voir point 2) ;
  • les services mis à disposition (voir point 2).

Gardez à l’esprit que le coût de la nuitée sur une aire diminue le budget du camping-cariste pour se faire plaisir. Si vous aménagez cet accueil dédié pour développer l’activité économique de votre commune, ou booster les ventes de votre boutique, alors vous devriez y penser. Un camping-cariste adore aller au restaurant, acheter de bons produits locaux, faire des activités en famille, s’il lui reste de l’argent après avoir réglé son hébergement…

Vous serez toujours gagnant à proposer un tarif dégressif en fonction du nombre de nuitées. Un geste bienvenu qui ne peut que vous être profitable.

À titre d’exemple, voici un aménagement très apprécié des camping-caristes : l’aire municipale de Sainte-Eulalie de Cernon.

aménagement aire camping-car
Aire camping-car de Sainte-Eulalie de Cernon (Aveyron). © Parenthèse nomade

Aire camping-car : l’aménagement gagnant !

Le marché du camping-car est en plein boom. La demande en termes de structures d’accueil est donc grandissante. De plus, les camping-caristes sont des consommateurs fidèles. Quand ils aiment, ils n’hésitent pas à revenir, voire à faire un détour sur leur route pour se donner une occasion de faire de nouveau étape chez vous. Enfin, ils ne sont pas avares de conseils. Entre amis camping-caristes, ils ne manqueront pas de vous recommander s’ils ont été bien accueillis.

Aménager une aire constitue un atout indéniable pour dynamiser votre activité. Cette structure vous assure un flux continu de touristes sur l’année. Plus calme en basse saison, certes, mais actif quand même si votre offre est attractive et que vous savez communiquer. En effet, encore faut-il que les camping-caristes connaissent l’existence de votre aménagement pour venir jusque chez vous. Les services de Rédactrice nomade peuvent vous soutenir dans cet autre aspect de vos projets. Contactez-la !

Par Carine Poirier de Parenthèse nomade.

Partagez l'article sur vos réseaux !

13 Comments on “Accueil des camping-cars : comment satisfaire les attentes pour attirer des touristes fidèles ?”

  1. Bonjour,
    Personnellement je ne vais pas sur les aires pour l’électricité, mais je connais beaucoup de gens qui recherchent ces aires car l’autonomie du CC est limité.

    1. Oui, les besoins diffèrent entre les camping-caristes et d’un jour à l’autre aussi. On a parfois été bien contents de trouver une aire avec électricité lorsque nos batteries étaient un peu faiblardes…

  2. Je suis parfaitement d’accord avec votre article, nous pratiquons le camping car depuis 1990 et nous avons vu évoluer les structures mais par pitié il faut à tout prix éviter les bornes « Flot bleu » qui ne sont pas hygiéniques en effet la vidange des cassettes se trouvent juste en dessous du robinet de remplissage d’eau propre et à côté du robinet de rinçage des cassettes et généralement les gens prennent le premier robinet pour rincer leur cassette et n’hésitent pas à l’enfiler dans le bec verseur, donc imaginez l’horreur.
    Nous dès que nous voyons que c’est une borne flot bleu nous passons notre chemin.
    Sinon tout est dit dans votre article, bravo.

    1. Bonjour Véro, merci à vous !
      Oui, c’est terrible cette histoire de robinet. On voit encore beaucoup de gens qui se trompent. Effectivement, s’il y a bien un robinet de chaque côté et que chaque côté est dédié à un usage spécifique, alors il y a moins de risques que le robinet d’eau potable finisse la tête dans les toilettes 🤢

  3. Bonjour , en fait je pense qu’il faut bien définir le besoin du camping-cariste , personnellement je dis un robinet ( 2 c’est mieux) et une plaque d’égout c’est suffisant et, je dépense au moins 10 euros chez les commerçants,si l’aire est gratuite donc messieurs les maires ne dépensez pas 200000 euros dans une aire qui ne sera jamais rentable pour la commune ni pour les commerçants
    Ex de Moulismes avant la super aire 20 camping car tous les soirs , maintenant 1 ou 2

    Bernard.

    1. Merci pour votre retour d’expérience Bernard. Oui, effectivement, eau et vidanges suffisent la plupart du temps. On trouve des aires municipales simples et super chouettes sur ce modèle. Elles nous incitent souvent à nous arrêter sur notre route dans des villages où on aurait pas pensé poser nos roues. Tout benef pour les commerces de la commune 😊.

  4. bonjour Carine , je fait du camping car depuis 1983 , c est pour dire que tout a bien changer , au bonheur des camping car !!!! mais voila il faudrait que les camping carriste soit un peu plus reconnaissant envers les communes , les maires font beaucoup pour nous , les camping car sont pour les communes des nouveaux touriste et toute l année , don tous le monde est gagnant ,je finirait par dire : il faut soigner notre belle VIE , bonne journée , merci a bientot de vous lire .

    1. Je suis tellement en accord avec toi Olivier, mais le sujet devrait s’étendre bien au-delà du mode de déplacement, CC ou autre, nous sommes tous inter-dépendants les uns des autres (municipalité, commerces, services, voyageurs) c’est encore une fois question de « d’intelligence locale » faisons vivre les coins qui nous accueillent dignement, c’est l’intérêt de tous.

      Bleck

    2. Bonjour Olivier,
      Merci pour votre partage d’expérience ! Oui, profitons-en autant que possible. C’est vrai que l’on sait souvent râler quand ça ne va pas, mais moins bien féliciter et remercier quand ça va bien. Perso, je partage les adresses sympathiques via les réseaux sociaux, et de temps en temps, un point étape sur notre blog ! C’est notre moyen de remercier les communes et de leur donner davantage de visibilité 🙂

  5. Alors évidemment, bravo et merci pour cet article Carine. (j’ai noté les coordonnées des deux aires citées en références)
    Il faut admettre que pour une équipe municipale la création d’une aire d’accueil CC n’est pas évidente, les administrés veulent bien la tolérer à condition quelle ne soit pas dans leur champ de vision, les commerçants peuvent éventuellement l’accepter mais pas n’importe où et personne ne veut mettre un kopeck pour l’entretenir ou la créer.
    Quant aux CCaristes beaucoup veulent retrouver en voyage le confort de leur maison…
    Pas simple tout ça, en ce qui nous concerne nous alternons régulièrement bivouac « à l’arrache » aire de camping car avec électricité et camping municipal, nos achats se faisant systématiquement dans les petits commerces des communes (payants ou non ) nous ayant accueilli correctement.

    Bleck

  6. Carine, bravo et merci pour cet article qui reflète assez bien les éléments importants qui concernent la création d’une aire. Nous sommes des camping-caristes retraités depuis quelques année, en France ou à l’étranger, alors nous avons vu pas mal de choses et avons toujours réussi à nous y adapter. Certains voyagent avec un moyen de transport supplémentaire mais pas tous (notre cas), la proximité des commerces ou points d’intérêt est donc essentielle. En ce qui concerne l’électricité, en fonction de la région, de la saison ou de la météo, il est intéressant de pouvoir en disposer facilement mais pas de façon obligatoire (libre choix). Pour les services tout à été dit sauf peut être qu’en cas de longs séjours, il peut être intéressant d’avoir un robinet d’eau avec une évacuation proche. Au final, tout cela doit être du gagnant/gagnant pour nous comme pour les communes, il faut que chacun y trouve son compte. Plus l’accueil sera agréable, plus nous aurons envie de venir et voire même d’y rester plus longtemps que prévu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *